Neuigkeit: Theater Q2 Ltz, Ktz am 3.+4. Juli 19 Uhr Aula
←  Zurück zur Startseite

Colmar 2003

Die Partnerschaft besteht seit 1959 zwischen dem Schiller-Gymnasiums und dem lycée Bartholdi in Colmar.

Une longue amitié franco-allemande qui existe depuis 1959 entre le lycée Bartholdi à Colmar et notre lycée.

Bienvenue à Berlin 2003!

Vom 19. bis 27. März 2003 haben wir wieder Schülerinnen und Schüler aus Colmar im Elsass zusammen mit ihren Lehrern Armin Kittel und Eric Loesch bei uns am Schiller-Gymnasium begrüßt.

Nach einem Empfang in unserer Schule stand für die 30 Gäste an den kommenden Tagen ein umfangreiches Programm auf dem "Stundenplan". Sie besichtigten mit sachkundiger Führung den Potsdamer Platz, das Jüdische Museum, die Blindenwerkstatt Otto-Weidt, das Museum am Checkpoint Charlie, den Gendarmenmarkt, den Reichstag, das ehemalige Gefängnis der Staatssicherheit in Hohenschönhausen, das Schloss Charlottenburg, das Ägyptische Museum und viele andere interessante Dinge Berlins, die ihnen von ihren Gastfamilien gezeigt wurden.

Den langen Abschiedsszenen am Bahnhof Zoo nach zu urteilen war der diesjährige Schüleraustausch wieder ein voller Erfolg. Alle Beteiligten freuen sich jetzt schon auf das Wiedersehen im September, wenn wir zu unserem gut einwöchigen Gegenbesuch nach Colmar aufbrechen.

A. Herweg, D. Schaffer (Französischlehrerinnen)

Besuch in Colmar im September 2003

Une excursion dans les Vosges

On s'est retrouvé au Boulevard Saint-Pierre à neuf heures. La plupart des élèves était déjà au Lycée Bartholdi à huit heures. Monsieur Kittel, qui était paniqué quand il n'y avait personne au Boulevard Saint-Pierre à neuf heures moins dix, est allé dans la cour pour aller nous chercher. Après, il nous a dit que nous devions aller au Boulevard Saint-Pierre. On est allé au bus et on est parti dans les Vosges. Le trajet durait plus qu'une heure. Monsieur Kittel a fait des blagues très drôles. Il nous a dit, par exemple, qu'il y a des mines, des trous avec des javelots pointus dans lesquels on peut tomber et du fil de fer barbelé. Il a aussi offert de nous vendre des pâtes (sans sel et sans sauce) et de l'eau ( 3 Euros le verre) s'il y a quelqu'un qui n'a pas de boissons où de la nourriture. Nous sommes surs que personne ne voulait se rendre à cette offre. A dix heures, on est arrivé au Col du Calvaire. De là, on est marché une heure et demie à la Tête des Faux où on a pris du repos et on a mangé quelque chose. Près de la Tête des Faux, il y avait des vieux bunkers allemands de la Première Guerre Mondiale. Monsieur Kittel nous a raconté que sur ce mons, il y avait le front franco-allemand. Il a dit que sous la terre, sur laquelle nous étions assise, il y avait des centaines de cadavres. Il y avait un bunker dans lequel nous pouvions aller. C'était très interessant mais il y avait un grand trou dans le bunker. Après, on est marché deux heures en descente dans une forêt jusqu'à une clairière à côté d'un marais où on a fait une longue pause. Monsieur Kittel a dit qu'il fallait seulement monter encore 200 mètres, mais après 300 mètres, on montait encore et il a dû admettre qu'il avait oublié un zéro. Quand on pouvait enfin descendre, il n'y avait plus d'arbres et on a dû marcher une heure dans le soleil. C'était très chaud et fatigant. Tout le monde s'était fâché de Monsieur Kittel, parce que la route était sans fin. Monsieur Kittel était content et souriait tout le temps. A quatre heures et demie, on est arrivé à Orbey. Orbey, c'est un petit village dans les Vosges. Le bus était déjà là et nous avions seulement le temps pour aller aux toilettes dans un collège avant que nous soyons partis pour revenir à Colmar. Pendant le trajet, la plupart des élevès était trop fatigué pour parler. Quelques élèves dormaient même. Beaucoup d'élevès avaient déjà des courbatures. Nous étions tous joyeux quand nous sommes arrivés à Colmar et quand nous pouvions revenir et dormir chez nos familles. A la fin, nous pouvons dire que c'était une excursion intéressante même si elle était fatigante.

Laura, David, Jocelyn, Daniel