Neuigkeit: Mi, 30.09.2017 9 Uhr Dienstbesprechung, Feriensprechstunde Sekretariat Fr, 01.09.2017 von 9-14 Uhr
←  Zurück zur Startseite

Près de l'Ile Maurice et de Madagascar, dans l'Océan indien, une petite île a pu gagner le cœur d'un petit groupe de Berlinois de notre lycée.

Mardi, le 21. septembre, après un vol de 13 heures, nous sommes arrivés à Saint-Denis, le chef-lieu de la Réunion. Les deux semaines suivantes nous avons fait connaissance d'une nature comme on ne la trouve nulle part au monde. Des végétations variées, des anciens cirques, un volcan, des plages totalement différentes les unes des autres, un océan bleu et d'une température agréable, mais tout ça sur un petit espace d'environ 2.510 km2. Mais non seulement la nature est spéciale, mais aussi les habitants de l'île ont un air intéressant. C'est peut-être le mélange d'origine de la population de la Réunion, qui a crée une île extraordinaire et pleine de cultures étrangères. Sur l'île vivent des Kaf (originaire d'Afrique), des Yab (descendant des petits cultivateurs des hauts de l'île), des Malbar (originaire de l'Inde), des Zarab (Nord de l'Inde), des Chinois, des Zoreil (métropolitains) et des Comoriens (originaire de Mayotte). A côté du Français, la langue la plus parlée, c'est le Créole - le réunionnais.

Nos familles d'accueil étaient totalement différentes, des Créoles, des Français, des surfeurs :) mais en tout assez sympas.

Au lycée, à notre grande surprise, les cours commençaient à 7.30 et comme la plus part des familles d'accueil des élèves de notre groupe habitaient en haut des collines ou près de la mer, nous devions nous lever tôt le matin pour attraper rapidement le bus de ramassage scolaire. Au lycée tout le monde se salue en se faisant des bises, malheureusement ces bises ne viennent pas vraiment avec enthousiasme c'est plus-tôt comme une gifle douce à gauche et à droite. Mais on s'y habitue vite et ainsi on commence à saluer comme les vrais Réunionnais. Le lycée est composé semble t'il d'un million de petites maisons étalées sur des collines entre palmiers et plantes exotiques.

Nous étions accueillis avec beaucoup de curiosité mais chaleureusement. Les cours sont autrement qu'à Berlin, comme c'est surtout le prof qui parle. Les élèves prennent des notes et ne peuvent pas vraiment dire grand chose. En cours de langues, ils reçoivent des points pour chaque phrase qu'il disent, ainsi le prof leur donnera une note finale. Mais bref, les expériences au lycée n'ont pas été très importantes, comme on a fait connaissance de tellement de monde, de cultures et de phénomènes naturelles qu'en tout on n'avait pas le temps de visiter un tas de cours au lycée…

La nature de l'île et spécialement la mer nous a attirée, les garçons ont essayé de surfer et les filles se sont entre temps baladées sur la plage. Et tous ensembles nous avons passés une journée de plongée merveilleuse en pleine mer entre dauphins et petits poissons colorés. Mais les séjours aux plages de la Réunion ont aussi laissés leurs traces en forme de piquants d'oursins dans nos pieds. Aïe !

J'espère que les photos puissent vous donner une impression de cette petite île et que peut-être mon rapport vous ferra envie de visiter un petit point sur la carte qui porte en soi tellement de merveilles de notre Terre.

Hélène Berlincourt

  

Lycée


Nachdem wir Berliner in der ersten Woche erste Kontakte mit den Bewohnern La Réunions geknüpft und die atemberaubende Natur in den Bergen und Tälern von Mafate kennengelernt haben, unendliche Mondlandschaften bestiegen hatten, erwartete uns an dem zweiten Montag unserer Reise eine Herausforderung, die vielleicht noch größer war als in abgelegene Täler zu steigen, auf die wir noch gespannter waren als auf den Vulkan:
Für die meisten von uns, außer den wenigen, die gefahren wurden, begann dieser Tag mit einem frühen Aufstehen, schnellem Frühstücken und anschließend dann dem Weg zur Bushaltestelle.
Dort waren dann schon einige Réunionnaisen, locker an die Wand gelehnt, die redeten oder Musik hörten.
Man kommt an, begrüßt jeden der Freunde mit einem Küsschen - und bis man damit fertig ist, kommt auch schon der Schulbus.
Auf La Réunion gibt es viele Busse, die morgens zum Lycée fahren, alle mit einer Nummer. Auf einem großen Parkplatz vor der Schule kamen wir also an jedem Tag an, stiegen aus dem Bus - und folgten unseren Austauschschülern, ohne die wir absolut hilflos gewesen wären.
Au cours de la 1ière semaine avec nos correspondants réunionnais nous avons découvert des paysages à couper le souffle.
Nous avons escaladé des anciens cirques comme p. ex. Mafate où nous avons même passé la nuit. Mais la plus grande surprise pour nous fut la connaissance de la vie au lycée encore plus étonnante que la visite du volcan toujours en activité.
Comme les cours commençaient à 730 h et comme beaucoup de nos correspondants habitaient en haut des collines nous devions nous lever aux aurores, avaler un petit déjeuner très rapidement et prendre le bus de ramassage scolaire.
A notre arrivée au lycée la plupart des Réunionnais se saluaient en se faisant la bise, discutaient de musique jusqu'au début du cours. 
Im ersten Augenblick war ich dann tatsächlich ein wenig erstaunt, als mir meine Korrespondentin sagte, wir hätten im batiment - also Gebäude - 'B' Unterricht.
Doch als ich dann das Schulgebäude betrat und um mich herum lauter kleine Häuser stehen sah, zwischen Palmen, Blumen und kleinen überdachten Bänken, verstand ich. Man kann dieses Lycée wirklich kaum mit einer deutschen Schule vergleichen, denn es war nicht nur die Lage der Klassenzimmer, nicht nur der riesige Schulhof um die Gebäude herum, sondern auch die völlig andere Atmosphäre.
Pour repérer les salles de cours il nous aurait fallu une boussole si nous n'étions pas accompagnés par nos correspondants.
Le lycée est composé de plusieurs petites maisons qui sont étalées sur des collines et souvent cachées derrière des palmiers, des fleurs exotiques.
Il est impossible de comparer cette architecture à un lycée allemand. L'atmosphère qui y règne est également complètement différente.
Wir Deutschen wurden mit viel Neugier empfangen, und man spürte hier auf der Schule wieder die einzigartige Gastfreundschaft der Reunionnaisen.
Besonders willkommen waren wir - wie zu erwarten - im Deutschunterricht, wo ich erfahren habe, wie schwer es ist, für Franzosen eine Stunde lang - denn auf La Réunion dauern die Schulstunden je 60 Minuten - den Übersetzer zu spielen.
Der Unterricht an sich unterschied sich nicht allzu sehr von unserem; wie auch hier an der Schiller Schule unterrichteten die Lehrer nach einigen Schwerpunkten, und je nach Lehrer wurden wir Korrespondenten mehr oder weniger in den Unterricht eingebunden.
Nous avons été accueillis en tant qu'Allemands avec beaucoup de curiosité, et très chaleureusement comme savent si bien le faire les Réunionnais.
Nous avons été les bienvenus particulièrement en cours d'allemand, où j'ai découvert combien il est difficile de jouer la traductrice pendant une heure entière.
Un cours dure en effet 60 minutes et pas 45 minutes comme en Allemagne. Le cours en lui-même ne se différencie pas beaucoup des nôtres au niveau pédagogique.
Die wichtigste Erfahrung, die wir allerdings in der Zeit, die wir in der Schule waren, gemacht haben, war, denke ich, der viele Kontakt mit den Jugendlichen, die vielen Gespräche.
Auf jeden Fall war es einfach unglaublich interessant festzustellen, dass sich Jugendliche, ob nun Franzosen auf La Réunion, östlich von Madagaskar oder Schüler aus Berlin, ziemlich viel gemeinsam haben.
L'expérience la plus importante lors de ce séjour fut les nombreux contacts avec les jeunes et les nombreuses conversations partagées.
Ce fut incroyablement intéressant de constater que nous avons beaucoup en commun avec ces Français d'outre-mer.

Julia Flis

Austausch 2004 - L'île de la Réunion

Près de l'Ile Maurice et de Madagascar, dans l'Océan indien, une petite île a pu gagner le cœur d'un petit groupe de Berlinois de notre lycée. Mardi, le 21. septembre, après un vol de 13 heures, nous sommes arrivés à Saint-Denis, le chef-lieu de la Réunion. Les deux semaines suivantes nous avons fait connaissance d'une nature comme on ne la trouve nulle part au monde. Des végétations variées, des anciens cirques, un volcan, des plages totalement différentes les unes des autres, un océan bleu et d'une température agréable, mais tout ça sur un petit espace d'environ 2.510 km2. Mais non seulement la nature est spéciale, mais aussi les habitants de l'île ont un air intéressant. C'est peut-être le mélange d'origine de la population de la Réunion, qui a crée une île extraordinaire et pleine de cultures étrangères. Sur l'île vivent des Kaf (originaire d'Afrique), des Yab (descendant des petits cultivateurs des hauts de l'île), des Malbar (originaire de l'Inde), des Zarab (Nord de l'Inde), des Chinois, des Zoreil (métropolitains) et des Comoriens (originaire de Mayotte). A côté du Français, la langue la plus parlée, c'est le Créole - le réunionnais. Nos familles d'accueil étaient totalement différentes, des Créoles, des Français, des surfeurs :) mais en tout assez sympas. Au lycée, à notre grande surprise, les cours commençaient à 7.30 et comme la plus part des familles d'accueil des élèves de notre groupe habitaient en haut des collines ou près de la mer, nous devions nous lever tôt le matin pour attraper rapidement le bus de ramassage scolaire. Au lycée tout le monde se salue en se faisant des bises, malheureusement ces bises ne viennent pas vraiment avec enthousiasme c'est plus-tôt comme une gifle douce à gauche et à droite. Mais on s'y habitue vite et ainsi on commence à saluer comme les vrais Réunionnais. Le lycée est composé semble t'il d'un million de petites maisons étalées sur des collines entre palmiers et plantes exotiques. Nous étions accueillis avec beaucoup de curiosité mais chaleureusement. Les cours sont autrement qu'à Berlin, comme c'est surtout le prof qui parle. Les élèves prennent des notes et ne peuvent pas vraiment dire grand chose. En cours de langues, ils reçoivent des points pour chaque phrase qu'il disent, ainsi le prof leur donnera une note finale. Mais bref, les expériences au lycée n'ont pas été très importantes, comme on a fait connaissance de tellement de monde, de cultures et de phénomènes naturelles qu'en tout on n'avait pas le temps de visiter un tas de cours au lycée
La nature de l'île et spécialement la mer nous a attirée, les garçons ont essayé de surfer et les filles se sont entre temps baladées sur la plage. Et tous ensembles nous avons passés une journée de plongée merveilleuse en pleine mer entre dauphins et petits poissons colorés. Mais les séjours aux plages de la Réunion ont aussi laissés leurs traces en forme de piquants d'oursins dans nos pieds. Aïe ! J'espère que les photos puissent vous donner une impression de cette petite île et que peut-être mon rapport vous ferra envie de visiter un petit point sur la carte qui porte en soi tellement de merveilles de notre Terre. (Hélène Berlincourt)
Les Photos
2002

- l'île intense -

Das französische Departement liegt im Indischen Ozean zwischen Mauritius und Madagaskar und umfasst eine Fläche von rund 2.512 qkm. Weitere5 kleinere Inseln mit insgesamt ca. 50 qkm liegen in der näheren Umgebung, sind aber unbewohnt.Die Hauptstadt von La Réunion heißt St. Denis, dort ist auch der Flughafen der Insel gelegen. Eine Vulkankette teilt die Insel in zwei Regionen: Eine schwüle und grüne Hälfte im Osten, und eine trockene, vom Wind geschützte Seite, im Süden und Westen. In der Mitte der Insel befinden sich 3 große Talkessel mit jeweils 10 km Durchmesser: Mafate im Nordwesten, Salazie im Nordosten und Cilaos im Süden. Die dort gelegenen Dörfer sind oftmals nur mit dem Hubschrauber zu erreichen. Die Menschen, die dort leben, müssen Stunden anstrengenden Fußmarsches auf sich nehmen, um in die nächst größere Stadt zu gelangen. Geographisch interessant ist die Insel aufgrund ihres vulkanischen Ursprungs. Im Süd-Osten erhebt sich der noch tätige Vulkan la Fournaise. (Sonja Reichert) 
   
La RéunionDas Lycée La RéunionLe lycée
Nachdem wir Berliner in der ersten Woche erste Kontakte mit den Bewohnern La Réunions geknüpft und die atemberaubende Natur in den Bergen und Tälern von Mafate kennengelernt haben, unendliche Mondlandschaften bestiegen hatten, erwartete uns an dem zweiten Montag unserer Reise eine Herausforderung, die vielleicht noch größer war als in abgelegene Täler zu steigen, auf die wir noch gespannter waren als auf den Vulkan: Für die meisten von uns, außer den wenigen, die gefahren wurden, begann dieser Tag mit einem frühen Aufstehen, schnellem Frühstücken und anschließend dann dem Weg zur Bushaltestelle. Dort waren dann schon einige Réunionnaisen, locker an die Wand gelehnt, die redeten oder Musik hörten. Man kommt an, begrüßt jeden der Freunde mit einem Küsschen - und bis man damit fertig ist, kommt auch schon der Schulbus. Auf La Réunion gibt es viele Busse, die morgens zum Lycée fahren, alle mit einer Nummer. Auf einem großen Parkplatz vor der Schule kamen wir also an jedem Tag an, stiegen aus dem Bus - und folgten unseren Austauschschülern, ohne die wir absolut hilflos gewesen wären.Au cours de la 1ière semaine avec nos correspondants réunionnais nous avons découvert des paysages à couper le souffle. Nous avons escaladé des anciens cirques comme p. ex. Mafate où nous avons même passé la nuit. Mais la plus grande surprise pour nous fut la connaissance de la vie au lycée encore plus étonnante que la visite du volcan toujours en activité. Comme les cours commençaient à 730 h et comme beaucoup de nos correspondants habitaient en haut des collines nous devions nous lever aux aurores, avaler un petit déjeuner très rapidement et prendre le bus de ramassage scolaire. A notre arrivée au lycée la plupart des Réunionnais se saluaient en se faisant la bise, discutaient de musique jusqu'au début du cours.
Im ersten Augenblick war ich dann tatsächlich ein wenig erstaunt, als mir meine Korrespondentin sagte, wir hätten im batiment - also Gebäude - 'B' Unterricht. Doch als ich dann das Schulgebäude betrat und um mich herum lauter kleine Häuser stehen sah, zwischen Palmen, Blumen und kleinen überdachten Bänken, verstand ich. Man kann dieses Lycée wirklich kaum mit einer deutschen Schule vergleichen, denn es war nicht nur die Lage der Klassenzimmer, nicht nur der riesige Schulhof um die Gebäude herum, sondern auch die völlig andere Atmosphäre.Pour repérer les salles de cours il nous aurait fallu une boussole si nous n'étions pas accompagnés par nos correspondants. Le lycée est composé de plusieurs petites maisons qui sont étalées sur des collines et souvent cachées derrière des palmiers, des fleurs exotiques. Il est impossible de comparer cette architecture à un lycée allemand. L'atmosphère qui y règne est également complètement différente.
Wir Deutschen wurden mit viel Neugier empfangen, und man spürte hier auf der Schule wieder die einzigartige Gastfreundschaft der Reunionnaisen. Besonders willkommen waren wir - wie zu erwarten - im Deutschunterricht, wo ich erfahren habe, wie schwer es ist, für Franzosen eine Stunde lang - denn auf La Réunion dauern die Schulstunden je 60 Minuten - den Übersetzer zu spielen. Der Unterricht an sich unterschied sich nicht allzu sehr von unserem; wie auch hier an der Schiller Schule unterrichteten die Lehrer nach einigen Schwerpunkten, und je nach Lehrer wurden wir Korrespondenten mehr oder weniger in den Unterricht eingebunden.Nous avons été accueillis en tant qu'Allemands avec beaucoup de curiosité, et très chaleureusement comme savent si bien le faire les Réunionnais. Nous avons été les bienvenus particulièrement en cours d'allemand, où j'ai découvert combien il est difficile de jouer la traductrice pendant une heure entière. Un cours dure en effet 60 minutes et pas 45 minutes comme en Allemagne. Le cours en lui-même ne se différencie pas beaucoup des nôtres au niveau pédagogique.
Die wichtigste Erfahrung, die wir allerdings in der Zeit, die wir in der Schule waren, gemacht haben, war, denke ich, der viele Kontakt mit den Jugendlichen, die vielen Gespräche. Auf jeden Fall war es einfach unglaublich interessant festzustellen, dass sich Jugendliche, ob nun Franzosen auf La Réunion, östlich von Madagaskar oder Schüler aus Berlin, ziemlich viel gemeinsam haben.L'expérience la plus importante lors de ce séjour fut les nombreux contacts avec les jeunes et les nombreuses conversations partagées. Ce fut incroyablement intéressant de constater que nous avons beaucoup en commun avec ces Français d'outre-mer.
(Julia Flis / Bericht über unseren Besuch im Oktober 2002)(Julia Flis / rapport de notre séjour en octobre 2002)